Union, League, Club and Fans / Le syndicat, la ligue, notre club et les partisans

La version française suit la version anglaise.

If you missed the news, there is now a Players’ Association (PA) for professional Canadian footballers. Ottawa fans are familiar with this reality, after going through the quite difficult standing-up of the USLPA last year. We all realize there is a long road ahead for the union in its relationship with the CanPL.

The Professional Footballers Association Canada (PFACan) was officially stood this past February. It is the first formal union for both male and female elite players in the country, although it is currently focused on representing CanPL players at this time. This is a development which, honestly, was to be expected, although the PFACan accelerated its plans due to the pandemic, and the related announcement by the CanPL of a wage deferral, as reported by JJ Adams from The Province.

PFACan Board Meeting via Zoom. Credit: PFACan’s Twitter

The importance of PAs in professional sports

Unions/PAs in professional sports are important. Most major professional players in the world have some sort of PA.  In North America, we are notably familiar with the likes of the NHLPA, the NBPA, the NFLPA, the MLBPA, the CFLPA, and the MLSPA. It goes without saying that all the PAs above were deeply involved in the return to play in the pandemic conditions.

In the football/soccer world, there are also multiple PAs/unions, which are collaborating under the FIFPRO umbrella organization, FIFPRO consists of 65 national member PAs, across all continents. For example, the MLSPA is a member of FIFPRO, as is the English Professional Footballers’Association (the ‘grandfather of PAs’, established in 1907), the French Union nationale des footballeurs professionnels, the Spanish Asociación de Futbolistas Espanoles and others.  There is no doubt in our mind that, eventually, PFACan will be a member of FIFPRO (and is reportedly already receiving their support). 

Current Member Unions of FIFPRO. Credit: FIFPRO.org

In Canada, we also have AthletesCAN, the association representing national teams athletes. AthletesCAN collaborates with professional PAs in North America, and with FIFPRO, and with the World Athlete Association. There will likely be collaboration between AthletesCAN and PFACan.

Although the majority of discussions on PAs have been around salaries and benefits, especially during job actions in North American sports, PAs are critical beyond salaries issues. They are essential for health and safety issues (highlighted by the current pandemic), mental health, training conditions, contractual and transfer issues, players’ image rights and marketing, education and post-career opportunities, raising the profile of the women’s game, and even helping players in need.

In short, their impact is felt all across the game and the industry, which make them, in our opinion, major actors of change benefitting the overall the sports industry.

In the Canadian football/soccer context, with a new league, with non-millionaires players, a PA is needed not only to look after the players (which is their fundamental role), but also to be an integral part of the growth of the game in the country. The traditional PAs impact on the sport business can definitely be something positive for the game in Canada.

Relationship with the CanPL

The CanPL appears very reticent to recognize the PFACan, but we think this is absolutely required, and will be done voluntarily. All across the world, players are unionized, and Canada cannot be an exception.

The initial messaging from the CanPL have been to the effect that the players are lucky to be even playing in this new league. In fact, the league is not wrong, as it need to be prudent through its first years, to ensure it establishes itself with a strong base, and avoids living the fate of previous professional soccer leagues in Canada.

However, a sound relationship between the league and the players is absolutely primordial. There was some positive dialogue between both entities in discussing the return to play protocols. However, it seems the formal recognition issue of the PFACan by the league remains a tense point.

The PFACan has shown their goodwill, by saying publically that they have delayed any discussions related to collective bargaining, as the league, in its second year, is dealing with both establishing itself and managing the major effects of the pandemic on the entire sports industry. The pandemic has negatively affected overal revenues, including those coming from ticketing, merchandise sales, broadcast and sponsorship.

However, the league cannot, in our opinion, remain silent on the PA. As we often say in the business world, if your most important asset is the human resources, the league has to come forward and ensure that it is true. In fact, in a sports league, where the product is, essentially, its athletes. In fact, we are of the opinion that an early recognition of the union by the CanPL would prove that the league shows a level of maturity that is beyond its age.

Hopefully the league will recognize PFACan voluntarily, and will not force the PA to seek a complex legal recognition across multiple provincial jurisdictions. In Canada, workers have the right to unionize and engage in collective bargaining. And the league may well have recognized players as workers if they truly requested the Government of Canada Emergency Wage Subsidy for them (it’s unclear if this was requested for league/team employees AND for players). Additionally, the league has reportedly requested up to $15M in governmental assistance.

Ottawa and PFACan

Atlético Ottawa will definitely follows the league’s lead through this issue. This said, it must be noted that the larger Atléti family is no stranger to dealing with PAs. As mentioned above, Spain has an active footballers’ union, the Asociación de Futbolistas Espanoles (AFE). There is also a Mexican PA – Asociación Mexicana de Futbolistas –founded in 2017 which technically covers Ottawa’s cousin club players from Club Atlético de San Luis, which plays in Liga MX.

The Spanish Futbol industry has seen numerous job actions in the last 20 years. Those actions were linked to tax increases, revenue sharing, guaranteed wages and others. Interestingly, the most recent job action in Spain was this season, when female players in Liga Iberdrola/Primera División Femenina went on strike, mainly over pay, minimum wage and working conditions. Club Atlético de Madrid is no stranger to this, as it has a well-established women’s section.  Female players in Spain are represented by the AFE, demonstrating the potential a union could eventually have for all pro players of all levels and gender in Canada.

We do not know if Atlético Ottawa’s CEO Fernando López dealt with the AFE when he was employed by Atlético de Madrid. But it must also be said that Lopez was a player before following the management avenue. He played in the Atlético de Madrid Academy system and for Levante U.D, notably in lower tiers.

So, in the end, we have to presume that Ottléti’s CEO is very familiar with the role of PAs, and in fact, this may be a very good asset to the league in its dealing with the nascent PFACan.

A proposition: Engage the Fans

As of now, and although social media is only a microcosm of reality, it clearly appears that the PFACan has a lot of support from the CanPL fans.

A major past criticism of PAs has been the lack of consideration for the fans, especially during North American sports job actions. This perception has evolved, after a realization that job actions have traditionally opposed millionaire players against multi-millionaire/billionaire owners, mostly about a better revenue sharing of the sports’ profits. 

NFL Commissioner Roger Goodell has even argued in an essay published in Are Players’ Unions Good for Professional Sports, that owners care about fans, whereas the players’ unions do not.

As such, we think that PFACan should, after it ensures that it is recognized by the league, and even Canada Soccer, work on a fan engagement strategy.

Technology offers a fantastic opportunity for direct athlete-to-fan engagement. This is not a traditional PA role, but certainly one which could be explored by PFACan. Beyond conventional assistance with player rights management and marketing, the nascent fan engagement discipline within the sports industry (discussed here) provides an exploitable opportunity for PFACan.

The National Basketball Players’ Association (NBPA) is notably at the forefront of PA-driven fan engagement, with the goal of linking players with the fan more directly. Technology and the ongoing pandemic offered the NBPA an opportunity to connect its players to the fans on a ‘personal level’ through the use of the CoStar platform, a partnership which was officialised in early May 2020.

CoStar Fan Cast experience with NBA star JaVale McGee. Credit: Newswire.com

In conclusion, we judge that a PA for Canadian soccer is good. Although we understand the league’s careful approach – motivated by its need to ensure a sustainable future – it’s clear that PFACan is here to stay, and offers a clear opportunity for the Canadian soccer industry to engage in meaningful discussions with its players. The Atléti factor could also be positive for the CanPL, as the club  – and its Mexican cousin – dealt with unions in the past, and it could bring its experience to the CanPL, in order to engage in this well-needed meaningful discussion. It is also our opinion that PFACan could reinvent the way PAs engage the fans, without taking too much from the league. 


Si vous avez manqué la nouvelle, il y a maintenant une association des joueurs (AJ) pour le football/soccer canadien. Les partisans d’Ottawa sont familiers avec cette réalité, ayant vécu l’arrivée difficile de la USLPA l’an dernier. Nous savons très bien que la route sera difficile pour le syndicat dans ses relations avec la PLCan.

L’Association des footballeurs professionnels – Canada (PFACan, traduction libre) a été officialisée en février dernier. C’est le premier syndicat pour les joueurs élites masculins et féminins au pays, bien que son focus reste présentement sur la représentation des joueurs en PLCan présentement. C’est un développement qui était attendu, bien que la PFACan ait accéléré ses plans en raison de la pandémie, et l’annonce par la PLCan du report des salaires, tel qu’il fut rapporté par JJ Adams de The Province.

Réunion du conseil via Zoom, PFACan. Crédit: Twitter de PFACan

L’importance des associations de joueurs dans le sport professionnel

Les syndicats/associations de joueurs (AJ) sont importantes. La plupart des ligues professionnelles sur le globe ont une AJ. En Amérique du nord, nous sommes évidemment familiers avec l’AJLNH, la NBPA, la NFLPA, la MLBPA, la CFLPA et la MLSPA. Il va sans dire que toutes les AJ ci-haut ont été impliquées dans le retour au jeu dans les conditions de la pandémie.

Dans le monde du soccer, il y a également plusieurs AJ, qui collaborent ensemble sous l’égide de la FIFPRO, elle-même étant constituée de 65 AJ membres sur tous les continents.  Par exemple, la MLSPA est un membre de FIFPRO, tout comme la Professional Footballers’Association anglaise (l’ancêtre des AJ, fondée en 1907), l’Union nationale des footballeurs professionnels française, l’Asociación de Futbolistas Espanoles d’Espagne et bien d’autres. Nous n’avons aucun doute qu’éventuellement, la PFACan deviendra membre de FIFPRO (la PFACan recevrait du soutien de FIFPRO, selon certains rapports).

Syndicats membres de FIFPRO. Crédit: FIFPRO.org

Au Canada, il y a également AthlètesCAN, l’association des athlètes des équipes nationales canadiennes. Représentant des droits des athlètes au Canada, AthlètesCAN travaille en collaboration avec les associations des joueurs professionnels en Amérique du Nord, et avec la FIFPRO, et avec la World Athlete Association.  Il y aura très probablement collaboration entre AthlètesCAN et la PFACan.

Bien que la plupart des discussions sur les AJ portent sur les salaires et les bénéfices, spécialement lors de moyen de pression dans les sports nord-américains, les AJ sont essentielles pour bien d’autres questions. Elles sont essentielles pour les questions de santé et sécurité (notamment mis en valeur par la pandémie courante), la santé mentale, les conditions d’entraînement, les questions contractuelles et de transfert, le marketing et la gestion de l’image des athlètes, l’éducation et les opportunités de carrière après le sport, la mise en valeur des ligues féminines, et même l’aide aux joueurs dans le besoin.

En gros, leur impact est senti sur toute l’industrie, ce qui en fait, selon nous, des acteurs majeurs de changement, au bénéfice de toute l’industrie sportive.

Dans le contexte du soccer canadien, avec une ligue très jeune, des joueurs loin d’être millionnaires, il y a un besoin pour une AJ, afin de prendre soin des joueurs (leur rôle fondamental), mais aussi de faire partie intégrale de la croissance du sport au Canada. L’impact traditionnel des AJ sur l’industrie sportive peut clairement amener beaucoup de positif pour le soccer canadien.

Les relations avec la PLCan

La PLCan semble très réticente à reconnaître la PFACan, mais nous croyons que c’est une nécessité, et que ce sera fait de façon volontaire. À travers le monde, les joueurs se sont syndiqués, et le Canada ne peut être une exception.

Les signes initiaux de la PLCan portaient sur le fait que les joueurs sont chanceux de jouer dans cette nouvelle ligue. Et en fait, la PLCan n’a pas tout à fait tort, comme elle se doit d’être prudente en ce début d’existence, afin de s’assurer d’établir de bonnes bases et de ne pas subir le sort des anciennes ligues de soccer professionnelles au Canada.

Ceci dit, des relations cordiales entre la ligue et les joueurs sont nécessaires. Il y a eu dialogue positive entre les deux entités au sujet du retour au jeu et des protocoles associés. Toutefois, il demeure que la question de la reconnaissance formelle de la PFACan demeure un point d’achoppement.

L’AJ a démontré sa bonne volonté en mentionnant publiquement qu’ils avaient retardé toute discussion au sujet d’une convention collective, notant que la ligue vieille de seulement deux ans essaie de s’établir tout en gérant les effets de la pandémie sur l’industrie du sport toute entière. Celle-ci, en effet, affecte négativement les revenus, incluant ceux de la billeterie, de la vente de marchandies, de diffusion et de commandites.

Toutefois, la ligue ne peut, selon nous, demeurer silencieuse à propos de l’AJ. Comme il est souvent mentionné dans le milieu des affaires, les atouts les plus importants étant les ressources humaines, la ligue se doit d’être transparente et de s’assurer que cet adage est respecté. Dans une ligue sportive, il faut le dire, les produits sont les athlètes. Nous croyons fermement qu’une reconnaissance du syndicat par la PLCan prouverait que la ligue montre un niveau de maturité plus élevé que son ancienneté.

Nous espérons que la ligue procédera à une reconnaissance volontaire de PFACan, et ne forcera pas l’AJ à forcer une reconnaissance légale complexe dans différentes juridictions provinciales. Au Canada, les travailleurs ont le droit de se syndiquer et de négocier une convention collective. Et la ligue pourrait avoir reconnu les joueurs comme employés si elle a demandé la subvention salariale d’urgence du Canada pour ceux-ci (il n’est pas confirmé que cette subvention fut demandée pour les employés de la ligue/équipes ET pour les joueurs). De plus, la ligue aurait potentiellement demandé de l’aide gouvernementale de près de 15M$.

Ottawa et la PFACan

Atlético Ottawa va définitivement suivre la ligue dans ce dossier. Ceci dit, nous devons noter que la grande famille d’Atléti n’est pas étrangère aux syndicats et aux AJ. Tel que mentionné ci-haut, l’Espagne possède un syndicat de joueurs, l’Asociación de Futbolistas Espanoles (AFE). De plus, il y a aussi une AJ mexicaine, l’Asociación Mexicana de Futbolistas, qui, créé en 2017, représente les joueurs du club cousin des Ottaviens, le Club Atlético de San Luis, jouant en LigaMX.

L’industrie du football espagnol a vécu plusieurs moyens de pressions dans les derniers 20 ans. Ces moyens étaient notamment liés à des hausses de taxes, au partage des revenus, aux revenus garantis, et autres. Notons également que les derniers moyens de pression en Espagne datent de cette année, alors que les joueuses féminines de la Liga Iberdrola/Primera División Femenina ont fait la grève, notamment pour des questions salariales, de revenu minimum, et de conditions de travail. Le Club Atlético de Madrid comprend évidemment une section féminine bien établie. Les joueuses espagnoles sont représentées par l’AFE, démontrant le potentiel qu’un syndicat pourrait avoir sur tous les joueurs pro au Canada, à tous les niveaux et genres.

Nous ignorons si le PDG d’Atlético Ottawa, Fernando López, a eu a discuter avec l’AFE lors qu’il travaillait directement pour Atlético de Madrid. Mais nous notons que M. López était un joueur avant de devenir un gestionnaire, ayant joué dans le système d’Atlético de Madrid, et pour Levante U.D, dans les divisions inférieures.

Nous devons donc assumer que le PDG d’Ottléti est familiers avec le rôle des AJ, et pourrait même être tout un atout pour la ligue afin d’établir une relation avec la PFACan.

Une proposition : Engager les fans

Présentement, et bien que les médias sociaux ne sont qu’un microcosme de la réalité, nous pouvons dire qu’il y a un fort soutien envers la PFACan de la part des fans de la PLCan.

Une critique notable des AJ dans le passé a été leur manque de considération envers les fans, notamment lors de moyens de pression dans les sports nord-américains. Cette perception a évolué, avec la réalisation que ces moyens de pression ont traditionnellement opposé des joueurs millionnaires à des propriétaires également millionnaires ou même milliardaires, et ont souvent porté sur un partage des revenus plus égalitaires.

Le commissaire de la NFL, Roger Goodell, a même avancé dans un essai publié dans Are Players’ Unions Good for Professional Sports, que les propriétaires pensent aux fans alors que les AJ n’en tiennent pas compte.

Nous croyons que la PFACan devrait, après s’être assuré qu’elle est reconnue par la ligue et même Soccer Canada, développer une stratégie ‘d’expérience-client’.

La technologie offre une opportunité fantastique pour l’engagement fans-joueurs d façon plus directe. Ce n’est pas un rôle traditionnel des AJ, mais certainement un rôle qui pourrait être envisagé par la PFACan. Au-delà de l’aide habituelle aux joueurs en termes de gestion et de marketing des droits et de l’image, la discipline naissante de ‘l’expérience-client (discutée ici) ouvre une belle opportunité pour la PFACan.

L’association nationale des joueurs de basketball (NBPA) est notamment à l’avant-garde d’une telle initiative. Le but de l’expérience-client menée par une AJ est pour les joueurs de rejoindre les fans de façon plus directe. La technologie et la pandémie en cours ont offert l’opportunité à la NBPA de connecter ses joueurs avec les fans d’une façon plus personnelle, en utilisant la plateforme CoStar, un partenariat officialisé au début mai 2020.

Le joueur de basketball JaVale McGee est l’hôte d’une expérience Fan Cast sur CoStar. Crédit: Newswire.com

En conclusion, nous jugeons qu’une AJ pour le soccer canadien est un bon développement. Bien que nous comprenions l’approche prudente de la ligue, motivée par son besoin d’assurer un futur durable, il est clair que la PFACan est ici pour rester, et offre l’opportunité pour l’industrie du soccer de s’engager dans des discussions importantes avec ses joueurs. Le facteur Atléti pourrait aussi aider la PLCan, comme le club – et son cousin mexicains – ont eu à parler avec les syndicats respectifs dans le passé, et pourrait partager son expérience avec la PLCan, afin d’ouvrir les discussions franches et nécessaires entre les deux parties. Nous sommes aussi de l’opinion que la PFACan pourrait réinventer la manière avec laquelle les AJ engagent les partisans, sans voler la vedette à la ligue.

Leave a Reply

%d bloggers like this: